paratge é drudaria païens

paratge é drudaria païens

Roue de l'année


Imbolc

brigid brestos.jpg


28/01/2016
0 Poster un commentaire

tour de Roue de l'année

roue de l'année_modifié-1.jpg

 

 

 

44212c20.png

 

roue année lune.jpg

 

 

 

6195de88.png

 


22/12/2015
0 Poster un commentaire

Mabon / Alba Eluetias

Mabon ou Alba Eluetias est un des trois festivals des moissons. Cette fête souligne la fin du cycle productif de la nature. C’est l’équinoxe d’automne  où les périodes de jour deviennent égales aux périodes de nuit et où nous prenons tous un moment pour méditer sur le retour de la période sombre de l’année. C’est le début de la stérilité de la terre, la fin des moissons, les vendanges, la récolte des derniers fruits C’est aussi une période de grande activité. Il est temps de préparer sérieusement le prochain hiver.  Le Roi est mort, sacrifié à la Lughnasad pour assurer la prospérité des récoltes. Nous n’étions pas tristes, car c’était un sacrifice consenti, et nous savons qu’il renaîtra bientôt. La Déesse Terre commence à revêtir son aspect de vieille dame sage, reflétant la mort lente et l’hibernation qui a déjà commencé.  Cette fête des moissons  a peut-être quelque chose de doux-amer, mais il y a toujours l’espoir du retour de la lumière.  L’équinoxe d’automne est l’époque des mystères, il est temps d’honorer les divinités vieillissantes et le monde des Esprits.  C’est un temps d’équilibre, où nous pouvons faire une pause, nous relaxer, et profiter des fruits de nos vendanges personnelles - que ce soit nos jardins, notre travail, l’éducation de nos enfants, ou simplement notre train-train quotidien. C’est un moment propice aux introspections et supports méditatifs favorisant l’harmonie, l’équilibre, la protection, la prospérité, la sécurité, et la confiance en soi. . Il est temps de finir les actions commencées

mabon2-400.jpgmabon7.jpg

Dans la mythologie grecque c’est ce dernier jour de l’été que le Dieu du royaume des morts, Hadès, aperçut Perséphone cueillant des fleurs dans un champ. Il en tomba amoureux et l’enleva pour l’amener avec lui dans son royaume .Déméter, la Déesse des récoltes, apprenant la disparition de sa fille et ne la trouvant point, sombra dans un chagrin si grand que les arbres, les fleurs et les plantes, flétrirent, empêchant toute croissance végétale sur la Terre. Les Dieux de l’Olympe parvinrent alors à un compromis avec Hadès : Perséphone passerait six mois de l’année avec Hadès au royaume des morts. Déméter, insatisfaite, proclama alors que pendant ces six mois, la nature porterait son deuil et que rien ne pousserait sur la Terre

 mabon-faerie.jpg

Inanna était l’équivalent de la déesse sémitique Ishtar-Astarté. Plus tard, elle fut assimilée à Aphrodite et à Vénus. C’était la divinité féminine la plus importante de Mésopotamie et du Proche-Orient ancien. Elle était une déesse de la fécondité et de l’amour, mais était aussi une guerrière. Dans l’épisode de la descente aux Enfers d’Inanna, conservée dans une version sumérienne et une version akkadienne, elle réserva un sort peu enviable à Dumuzi. Celle-ci voulait prendre possession du domaine de sa sœur Ereshkigal. Elle descendit aux Enfers et fut mise à mort, puis ressuscitée, mais pour pouvoir quitter le «pays sans retour», elle devait trouver quelqu’un qui l’y remplacerait. Elle choisit alors d’y envoyer son amant.

6935377-red-fox.jpg


18/09/2015
0 Poster un commentaire

Alban Eilir - Ostara

    Ostara-small.jpg

   "Alban Eilir, au point d'équilibre entre Imbolc et Beltane, est au point d'équilibre parfait  entre le jour et la nuit allant toutefois vers une luminosité grandissante.  C 'est un moment idéal pour s’ouvrir et méditer sur les vertus  de l'équilibre dans nos propres vies."

alban_eilir_stonehenge_postcards-re483b14fd1bc4535a8cb7efe972d78c7_vgbaq_8byvr_512.jpg

L'équinoxe de printemps, appelé Alban Eilir dans le druidisme contemporain, marque la fin assurée de l'hiver, le retour des beaux jours. La nature a maintenant pris résolument le chemin de la croissance; les signes se multiplient: invasion des jonquilles et retour du chant des oiseaux; premières douceurs du soleil nous incitant à sortir des maisons. Les cerisiers parés de multiples fleurs blanches rivalisent avec les pommiers qui se fondent sur les premiers ciels azurés. C'est un temps d'équilibre, une porte entre l'hiver et le printemps; entre ce qui n'est plus et ce qui va advenir.

ostara 12.jpg


C'est le moment de la naissance du jeune soleil, du jour nouveau porteur de tous les espoirs, de toutes les promesses et de toutes les potentialités. Temps pour l'oiseau de quitter le nid et d'inventer sa vie. Graines des futurs projets plantées en terre; Porte franchie pour sortir de la Nuit et accueillir l'Aube naissante, aube d'une année qui toujours revient pour nous offrir toutes les possibilités de la Vie.

Alban Eilir ou équinoxe de printemps est à l’équilibre entre Imbolc et Beltan.

Parfois l’hiver est si long qu’il nous fait languir le retour du printemps. La lumière est à l’équilibre avec l’ombre est continue à croître. Le trèfle symbolise cette période. Le trèfle, tout comme le triskell ou triple spirale, est un symbole solaire. Il nous ramène donc non seulement au jeune soleil du printemps, mais également à l'enseignement de l'Awen et au concept de la Triple-Déesse.

Le printemps est en effet fêté trois fois :

Imbolc marquant les premiers frémissements,

Alban Eilir les traces visibles et évidentes de son installation,  tandis que

Beltan couronne son rayonnement et sa plénitude avant le passage à l’été et une énergie différente.

 ostar.jpg

Les trois ingrédients du printemps et de toute fertilité sont la terre, l’eau et la lumière

Alban Eilir, situé donc au point d'équilibre entre Imbolc et Beltan, est également le point d'équilibre entre le jour et la nuit. Il s'agit d'un moment privilégié pour nous ouvrir à la qualité de l'équilibre dans nos vies. Equilibre entre notre être extérieur et notre être intérieur; entre rationalité et créativité. Mais l'équilibre ne peut être que temporaire, c'est un moment, un passage. Sinon il devient rigidité et conduit à l'inertie. A l'image d'une balance, il nous faut chercher à équilibrer les deux plateaux en nous aidant de l'aiguille indicatrice; et ne pas céder à la tentation de bloquer l'aiguille pour se faire croire que les plateaux sont équilibrés.
A Alban Eilir nous vivons un temps où les signes et les sons de la vie renaissante sont de plus en plus évidents. Les champs sont labourés et semés en prévision de la récolte de l'année à venir. Dans les prairies, l'herbe nouvelle commence à pousser et les arbres se débarrassent des gelées de l'hiver par la profusion des bourgeons et des fleurs. C'est la saison de l'agnelage; les oiseaux commencent leurs rituels amoureux et ils vont bientôt construire leurs nids dans les branches des haies qui commencent à se couvrir de feuilles.
C'est le temps des semailles. Le temps de semer dans nos vies les graines de ce que nous voulons voir se réaliser; le temps de prendre nos vies en main. L'accent est également mis sur ce temps qui est le temps des nouveaux commencements, c'est le temps des potentialités, le temps de laisser le passé derrière soi et de se tourner libre vers l'avenir, avec seulement "ce que l'on peut emmener sur son dos". Il est important de savoir semer ce que l'on voudrait voir éclore dans nos vies car, même si nous sommes plongés dans une histoire commune, nous sommes en partie responsables de ce qui nous arrive, ou de ce qui ne nous arrive pas.

ostara23.jpeg

Symboliquement, le printemps est l'aube de la vie, le temps de l'adolescence. C'est à cette période de la vie que l'on s'éveille à la spiritualité, que l'on tourne son cœur vers le jour qui se lève, en quête de cette douce lumière qui apparaît. Ensuite, le chemin que nous emprunterons nous appartient. Poursuivrons-nous notre quête ou nous satisferont nous des illusions du monde matériel?

Serons-nous attirés par le Soleil ou par ses multiples reflets ? Continuerons-nous d'écouter cette petite voix qui nous appelle vers des hauteurs insoupçonnées, ou bien la ferons-nous taire définitivement ?

 Ostara-drawing.jpg

 

 

"Du fond des tombes antiques ; du fond des âges obscurs, de l’autre coté du royaume des morts ; le soleil tel une roue de feu tournoyant sur les dunes, ébranlant les montagnes dans leur sommeil profond ; roule vers moi.

Avec ses rayons à l’intensité irrésistible ; il fait respirer la vie, danser les grands arbres ondulant de leur branches bourgeonnantes et chanter les fleuves qui se précipitent vers lui.

J’entends à son arrivée les vers qui hibernent remuer la terre ; les clans l’acclamer dans les clairières et les bosquets ; l’appeler par le souffle, le feu l’eau et la terre.

Alors mon cœur et ma poitrine sont déchirés par une main de flamme. J’abandonne au bord de la roue nouvelle mon âme fatiguée et j’ai foi en la renaissance de l’Humanité"

ostar4.jpg


03/04/2014
0 Poster un commentaire

Imbolc - Brigid

Imbolc.jpg


Exalted One, Fiery Arrow, 
Who teases beauty from the burning flame, 

Hear our prayers. 
Mighty Healer,
Ever-honored, Giver of sacred waters, 
We praise You. 

Hammer Wielder,  most-skilled Smith,

We exalt Your name  with our creative endeavors. 

Friend of women, 
Who blesses birthing and comforts the dying,
We offer adorations unto You. 

Goddess of inspired speech,  Master Wordsmith, 

imbolc12.jpg

Bard of Bards,  Poet of Poets,

We celebrate You in our rites. 


Sovereign Mother
of the Greenest of lands, 
Who protects Your people,  bestowing blessings,

We hail You. 


Gracious Goddess,

Who for love of Your people built a bridge across traditions, for You we sing, for You we bring gifts of fire and You we honor as our ancestors honored You in the green groves of Eire: with joy and delight, great Brigid. 


Hail the Goddess of the sacred fire! Hail the Goddess of the healing waters! Hail the Goddess mighty in words! Hail, Brigid.

imbolc-card-large.jpg2281893651_1.jpg

 

 

Prière  à Brigid


Désirs ardent, flèche fièrement plantée dans le subjectif de nos âmes,  qui taquinez la beauté  de la flamme,   entendez nos prières. 

Puissant Guérisseur,  très honorables esprits des eaux sacrées,  nous vous louons.  Forgerons inspirés, bras qui maniez le marteau du destin sur l’enclume de nos âmes nous vénérons votre nom de nos efforts créatifs. 

Amants de la femme,  qui bénissez l'accouchement et rendez la mort acceptable : nous vous louons.

Déesse à la parole inspirée,  forgerons des mots,  bardes funambules,  poète des poètes :  nous vous célébrons dans nos rites. 

Mère souveraine des landes verdoyantes,  qui accorde protections et bénédictions à tes enfants : nous te saluons. 

Gracieuse Déesse, qui, pour l'amour de ton peuple, a construit un pont à travers les traditions : pour toi, nous chantons et apportons le feu de nos passions et déclamons la complainte du passé qui résonne de la légende de nos ancêtres.

Que nos mélopées  de joie et plaisir imprègnent les champs du possible et ensemencent le jour à naître,

 

Grande Brigid, nous saluons en toi la Déesse du Feu sacré, la Déesse des eaux qui soignent et la Déesse des mots qui transcendent. Salut à Toi Brigantia

 

o-IMBOLC-facebook.jpg
imbolc_2_by_brightstone-d36vuit.jpg

Imbolc-nature.jpg
Imbolc18.png

 


31/01/2014
0 Poster un commentaire

Ces blogs de Religion & Croyances pourraient vous intéresser