paratge é drudaria païens

paratge é drudaria païens

Morgane a dit " Car il y a une chose que les prêtres ignorent, avec leur Dieu unique, leur Vérité unique : c'est qu'une histoire véridique n'existe pas. La vérité a plusieurs visages. "

les dame34.jpg

PROLOGUE  « Les Dames du Lac »

Morgane parle…

« Jadis on m’a donné les noms les plus divers : ceux de sœur, d’amante, de prêtresse, de mage et de reine. Aujourd’hui, le temps de la sagesse venu pour moi, je pense proche le jour où ces choses devront être connues. Mais à dire la vérité, la vérité toute simple, je pense que ce sont les chrétiens qui raconteront la fin de l’histoire ; en effet, le monde des Fées se sépare à jamais du monde où le Christ règne en maître. Je n’ai rien contre le Christ, mais seulement contre ses prêtres, qui appellent démon la Grande Déesse et lui dénient tout pouvoir ici-bas. Au mieux, disent-ils, sa puissance lui vient de Satan, ou bien encore la revêtent-ils de la robe bleue de la Dame de Nazareth, prétendant de surcroît qu’elle fut toujours vierge. Or que peut donc savoir une vierge des douleurs et des larmes de l’humanité ?

C’est pourquoi maintenant, maintenant que le monde a tant changé et qu’Arthur, mon frère, mon amant – qui fut roi et qui le restera à jamais – repose, mort (endormi, dit-on), dans l’Ile Sacrée d’Avalon, cette histoire doit être contée telle qu’elle se déroula vraiment, avant que les prêtres du Christ Blanc ne l’effacent pour toujours avec leurs saints et leurs légendes.

 

les dam.jpg

Oui, je le dis, le monde a changé. Il n’y a pas si longtemps encore, un voyageur, s’il en avait le désir et connaissait quelque peu les secrets, pouvait guider sa barge dans la Mer d’Eté et accoster non pas sur le rivage de Glastonbury, l’île chrétienne des Moines, mais sur celui plus lointain de l’Ile Sacrée d’Avalon. En ce temps-là, en effet, les routes conduisant d’un monde à l’autre se croisaient dans les brumes et pouvaient s’entrouvrir au gré des pensées et des désirs de chacun. Oui, en ce temps-là, existait un grand secret, accessible à tous les hommes doués de connaissance, qui savaient que le monde, chaque jour renouvelé, ne peut se bâtir et survivre que spirituellement.

Aujourd’hui, hélas ! les Chrétiens et leurs prêtres, jugeant que cette réalité empiète sur les pouvoirs de leur Dieu, unique créateur d’un monde immuable, ont refermé ces portes – qui n’existaient que dans l’esprit des hommes. C’est pourquoi les chemins ne mènent plus qu’à l’Ile des Moines qui étouffent et voilent, avec leurs cloches et leurs églises, d’autres voix, d’autres échos réfugiés désormais au-delà des brumes, aux confins de ce qu’ils appellent les ténèbres de l’enfer.

 

la_dame_du_lac_by_marjoriecarmona-d40z4fk.jpg

J’ignore tout de ce que ce Dieu, leur Dieu, peut, ou non, avoir créé. En dépit de tout ce que l’on dit, je n’ai jamais su grand-chose de leurs prêtres, et n’ai jamais porté la robe noire d’une de leurs nonnes-esclaves. Si ceux qui vivent à la cour d’Arthur, à Camelot, ont cru devoir m’identifier à l’une d’elles sous prétexte que je portais là-bas la robe sombre d’Avalon, eh bien, qu’ils restent dans l’erreur. Je me garderai bien de les décevoir, ce qui d’ailleurs aurait été périlleux à la fin du règne d’Arthur. Sans doute ai-je baissé la tête comme jamais n’aurait accepté de le faire Viviane, la Dame du Lac, ma vénérée maîtresse, jadis la plus grande et fidèle amie d’Arthur, devenue ensuite, comme moi, l’une de ses pires ennemies. Mais qu’importe. Aujourd’hui, la querelle est éteinte. Je peux enfin pleurer Arthur qui repose, mort, non pas comme mon ennemi et l’ennemi de ma Déesse, mais seulement comme mon frère – seulement comme un homme mort ayant besoin de toute l’aide de la Mère Suprême, comme tous les hommes en ont besoin un jour. Les prêtres eux-mêmes savent cela, avec leur Vierge Marie dans sa robe bleue, car elle aussi, à l’heure de la mort, devient la Mère Eternelle.

Ainsi Arthur repose-t-il enfin. Je ne suis plus pour lui ni une sœur ni une amante, ni une ennemie, mais seulement, et pour toujours, la Dame du Lac. La Mère Eternelle veille sur lui désormais. Qu’il retourne en son sein, comme tous les hommes, un jour, finissent par retourner vers Elle. Peut-être, tandis que je guidais la barge qui l’emportait, non pas cette fois vers l’Ile des Moines, mais vers le seul, l’unique rivage de vérité, celui de l’Ile Sacrée d’Avalon qui s’estompe et s’éloigne là-bas de notre monde visible, peut-être Arthur s’est-il repenti de la cruelle inimitié qui nous a séparés. Peut-être…

En relatant cette histoire, il m’arrivera sans doute de faire allusion à des événements survenus en mon absence ou lorsque j’étais trop jeune pour les comprendre. Certains donc douteront de leur authenticité, en ironisant sur mes prétendus dons magiques. Or je ne peux changer la vérité. Oui, je l’affirme hautement, j’ai, dès mon plus jeune âge, reçu le don de vision, celui d’entrevoir, comme s’ils se déroulaient devant moi, des événements proches ou lointains, de me glisser dans les pensées les plus intimes des humains et c’est justement la raison pour laquelle je puis aujourd’hui raconter cette histoire.

 

les dames67.jpg

 

Un jour viendra sans doute où les prêtres aussi voudront la dire telle qu’ils l’auront comprise. Alors peut-être, entre les deux récits, une parcelle de vérité finira-t-elle par s’imposer d’elle-même.

Car il y a une chose que les prêtres ignorent, avec leur Dieu unique, leur Vérité unique : c’est qu’une histoire véridique n’existe pas. La vérité a plusieurs visages. Elle ressemble à l’ancienne route d’Avalon : elle dépend de notre volonté, de nos pensées, du but vers lequel nous tendons, de celui où l’on finit par arriver, dans l’Ile d’Eternité ou bien dans celle des chrétiens avec leurs cloches et leur mort, leurs mensonges sur Satan, l’Enfer et la damnation… Mais peut-être suis-je finalement injuste à leur égard ! Même la Dame du Lac, qui comparait la langue de certains prêtres à celle de la plus venimeuse des vipères, me reprocha un jour d’avoir mal parlé de leur Dieu.

- Tous les Dieux ne sont qu’un -, me dit-elle alors, comme je l’ai moi-même enseigné maintes fois à mes propres novices, et comme le répétera chacune des prêtresses qui viendront après moi ; oui, toutes les Déesses ne sont qu’une, et il n’y a qu’un seul et unique Initiateur. Chaque homme possède sa propre vérité et Dieu se trouve dans chacune d’entre elles.

Ainsi, la Vérité elle-même oscille-t-elle entre la route de l’Ile des Moines et celle d’Avalon, qui s’enfonce de plus en plus dans les brumes de la Mer d’Eté.

Telle est ma vérité, la vérité de Morgane, celle qu’on appelait, dans les temps qui s’éloignent irrémédiablement, la Fée Morgane. »

la dame.jpg

 

la dame2.jpg

Avalon-the-mists-of-avalon-32192811-1200-1406.jpg



03/04/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Religion & Croyances pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 24 autres membres