paratge é drudaria païens

paratge é drudaria païens

Elbereth (JRR TOLKIEN)

 

Snow-white! Snow-white! O lady clear!
O Queen beyond the Western Sea!
O Light to us that wander here
Amid the world of woven trees!

Gilthoniel! O Elbereth!
Clear are thy eyes and bright thy breath.
Snow-white! Snow-white! We sing to the
In a far land beyond the Sea.

O stars that in the Sunless Year
With shining hand by her were sown,
In windy fields now bright and cle
We see your silver blossom blown.

O Elbereth! Gilthoniel!  We still remember, we who dwell in this far land beneath the trees, thy starlight on the Western Seas.

Ah! Like gold fall the leaves in the wind, long years numberless as the wings of trees.
The long years have passed like swift draughts of the sweet mead


In lofty halls beyond the West beneath the blue vaults of Varda wherein the stars tremble in the song of her voice, holy and queenly.

Who now shall refill the cup for me?

For now the Kindler, Varda, the Queen of the Stars, from Mount Everwhite has uplifted her hands like clouds, and all paths are drowned deep in shadow; and out of a grey country darkness lies on the foaming waves between us, and mist covers the jewels of Calacirya for ever; now lost, lost to those from the East is Valimar!

Farewell! Maybe thou shalt find Valimar.
Maybe even thou shalt find it! Farewell!
We still remember, we who dwell
In this far land beneath the trees
Thy starlight on the Western Seas.

Blanche-neige ! Blanche-neige ! Ô claire dame !Ô Reine d'au-delà des Mers Occidentales Ô Lumière pour nous qui errons ici parmi le monde des arbres entrelacés !

Gilthoniel ! Ô Elbereth !Vifs sont tes yeux et claire ton haleine ! Blanche-neige ! Blanche-neige ! Nous chantons pour toi Dans une terre lointaine au-delà de la mer.

Ô étoiles qui dans l'Année sans soleil, par sa lumineuse main fûtes semées,dans les chants venteux maintenant brillante et claire. Nous voyons votre floraison d'argent essaimée !

Ô Elbereth ! Gilthoniel ! Nous nous souvenons encore, nous qui demeurons dans cette terre lointaine sous les arbres, de ta lumière stellaire sur les Mers Occidentales

Ah comme les feuilles d’or tombent sous le vent, les innombrables années coulent sous les ailes des arbres. Les longues années ont passées comme de rapides gorgées d’hydromel.

Dans les hauts cols de l’Ouest sous les vallées bleues de Varda ; les étoiles frissonnent au chant de sa royale voix sacrée.

Qui va maintenant remplir ma coupe ?

Désormais, Varda reine des étoiles, depuis les monts toujours blancs a élevé ses mains telles des nuages, tous les chemins sont noyés dans l’ombre. La noirceur s’étend autour de nous en vagues d’écumes tandis que la brume recouvre les joyaux de Calacirya pour toujours. Perdu maintenant ; perdu est Valimar pour ceux de l’Est

Adieu puissiez vous retrouver Valimar . Nous nous souvenons encore, nous qui demeurons dans cette terre lointaine sous les arbres, de ta lumière stellaire sur les Mers Occidentales



Eowyn.jpg

 

Lady_of_Rohan+Faramir.jpg



10/01/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Religion & Croyances pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 24 autres membres