paratge é drudaria païens

paratge é drudaria païens

Ex voto à Andarta

Qu'est ce qu'un ex-voto ?

Un ex-voto est une offrande faite à un dieu en demande d'une grâce ou en remerciement d'une grâce obtenue. Ces objets peuvent prendre de multiples formes : statuettes ou plaques anatomiques, crucifix, tableaux, mais aussi, selon les régions et les sujets des prières. Cette définition distingue deux aspects primordiaux pour la compréhension du geste votif : le dépôt d’un objet destiné, soit à appuyer une demande auprès d’une divinité, soit à remercier d’une grâce obtenue, le premier est ainsi dit propitiatoire, le second gratulatoire. Une dernière forme d’offrande, à la typologie indécelable, est parfois attestée ; elle consiste à déposer un ex-voto sans raison définie, uniquement afin de se rappeler à la mémoire de la divinité invoquée, elle est ainsi surérogatoire. Ces différents gestes révèlent l’unique nature de l’ex-voto : l’échange. Une nature intrinsèque, teintée de l’idée de contrat ; l’échange d’un bien matériel contre un désir. Mais le dépôt de ces objets est caractérisé par la création d’un lien sacralisé entre le dédicant et la divinité tutélaire ainsi que par l’engagement spirituel ou la gratitude du dédicant. L’ex-voto n’a d’autre valeur que celle qui lui est accordé par le sens qu’on lui donne. Qu’il soit une fine sculpture de marbre ou un simple tesson, il n’est jamais que symbole et n’a d’autre singularité que celle qui tient à sa fonction ; la qualité, les performances artisanales et techniques n’interviennent pas dans son statut exclusivement sociologique. Il est constitutif de l’être humain d’échanger, et en matière de vœux, tout peut être offert, de ce fait, l’ex-voto est difficilement saisissable typologiquement et sociologiquement puisqu’il est l’universalité du processus social de l’échange ; qu’il soit propitiatoire, gratulatoire, ou encore surérogatoire.

 

 Toi que l’on nomme Andarta ou encore Andrasta, gardienne de la flamme purificatrice qui guide nos pas dans la vallée de nos larmes.

Toi, Andarta, Déesse de l’ombre éclairée, de la foi et de l’espoir en un monde meilleur, celle qui rugit dans mes abandons, celle qui rend à mon âme sa vigueur créatrice et à mon corps sa force d’action ; je te vénère, je te révère.

Gardienne de la flamme qui ne peut s’éteindre et de la fleur qui ne peut mourir, fidèle conseillère ; grâce à toi demain me verra encore debout à l’aube.

Comme à Boudiccae avant moi, tu me donnes la force d’avancer, résister, changer, réparer et pardonner. Tu portes mes indignations et éclaire ma compréhension. La paix est revenue dans mon âme, le sourire dans mes yeux.

Ton énergie guérisseuse s’est avéré un baume bienfaisant. Je te remercie et te souris. Je te vénère, je te révère. Championne de la Celtitude, toi que je ressens auprès de moi lorsque le manque se fait hurlant, que le doute gagne  et que l’ombre s’étend.

Demain encore, aide-moi à me dresser et rugir jusqu’à ce que les moutons deviennent ours. Toi qui viens apaiser de mon corps les tourments, de mon âme laver les scories du profane et de mon mental tirer des rimes moins arides.

Que ma danse dans cette vie t’honore. Je te remercie pour les bienfaits que tu m’as accordés.  Je te vénère, je te révère. Ma foi, mon essence et mon être sont à toi Andarta.

BrestosAndarta.jpg

Artio.jpg

jora3.jpg

259736Artiogoddess_of_the_chase_copy.jpg



31/01/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Religion & Croyances pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 24 autres membres